Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 42 le Ven 2 Avr - 20:54
Mots-clés

Statistiques
Nous avons 154 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est tifan

Nos membres ont posté un total de 3863 messages dans 813 sujets

Le 8 Mars, les Femmes et l'Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 8 Mars, les Femmes et l'Algérie

Message par choukry30 le Dim 8 Mar - 19:59

C’est le 8 Mars, une journée dédiée à la femme à travers le monde. En Algérie, combien serions-nous aujourd’hui à tenter de joindre l’utile à l’agréable ? C’est-à-dire à joindre de manière effective le geste de l’offrande de jolies fleurs à une attitude de cohabitation avec elles, sans lesquelles la construction d’une société moderne tournée résolument vers le progrès ne peut s’entreprendre.
Certes, le combat des Djamila Bouhired, Louizette Ighilahriz et tant d’autres a porté au fil du temps ses fruits. De nos jours, les femmes participent, du mieux qu’elles le peuvent, à la construction d’un projet de société et à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Elles sont avec leur partenaire Homme sur pratiquement tous les fronts. Elles portent des bottes et des casques de sécurité sur les chantiers, elles exercent comme ingénieurs, chefs d’entreprises, conductrices de travaux et chefs de service dans différents secteurs. Elles débarquent même des zones les plus reculées du pays vers les grandes métropoles (Alger, Blida, Oran…) pour s’investir à fond dans une carrière professionnelle. Certaines aimeraient, sans doute, parler de tant de choses à l’occasion de ce 8 Mars.
On a tenté de recueillir leurs avis et regard sur leur condition de femme dans le pays. Les jeunes femmes estiment que la femme est " bousculée" psychologiquement dans le milieu du travail et n’a pas les mêmes chances de s’affirmer que son partenaire masculin. Ecoutons-les. "
…Ah ! le 8 Mars… chaque année, on a à faire au même discours et au même refrain de la part de notre partenaire masculin… La plus part oublient que la femme c’est aussi leurs mères, sœurs, femmes. On chante, on loue la femme, mais croyez-moi on est encore victimes du regard archaïque de l’homme… La meilleure façon de booster la condition de la femme, c’est de lui permettre d’intégrer le milieu du travail", dira Djahida, étudiante en fin de cycle.
Et d’ajouter : "La femme doit s’affirmer spontanément au quotidien par le travail et doit être positive dans son attitude de tous les jours." Quant à Nadia, elle dira : "Sans l’appui de l’Homme, la femme n’y peut rien !...on n’est pas à l’aise dans la société. La société est à présent trop masculine. Le regard de l’homme pèse lourdement sur la fille." On leur fera remarquer qu’au niveau du campus de la Fac (Bouzaréah), il y a des restos filles et garçons. Toutes deux s’accordent à dire que "les filles ne sont pas contre la mixité, mais c’est comme ça….On n’est pas à l’aise dans les restos mixtes. On ne se montre pas respectueux à notre égard, pas tous les garçons évidemment". Nawel, 28 ans, ingénieur se confie : "A présent, on n’ose pas instaurer l’égalité entre les deux sexes dans le milieu du travail (salaire, promotion…) dans la réalité, le regard qu’on porte à l’égard de la femme dans la société, la manière dont on nous côtoie, notre situation donc, est encore précaire.
Et le paradoxe est à signaler. Pourtant, la loi a bien consacré les droits de la femme… Les mentalités ne suivent pas, hélas !" Naïma, 28 ans, licenciée en sociologie est catégorique : "Le sort de la femme est scellé au sein même de sa propre famille. Une fois que son statut de partenaire à part entière au milieu de sa famille, entre ses frères et son père est reconnu, elle sera capable de relever plusieurs défis sur les plans professionnel et social." Et d’enchaîner : "L’accès de la jeune fille au marché de l’emploi est une autre manière de garantir son épanouissement personnel et, donc par là même, de lui permettre de jouer son rôle prépondérant pour l’équilibre de la cellule familiale, qui est le noyau de base d’une société tournée vers l’avenir et la modernité."
Les propos de Naïma, Djahida et tant d’autres sonnent comme une invitation à percevoir le fossé qui sépare ce qui est au quotidien quant à la condition de la femme et les discours élogieux et non moins pompeux semés de toutes parts à l’égard de la femme. C’est aussi l’écho et l’appel de la femme rurale qui parvient des contrées les plus reculées du pays. Rappelons que seules 25% des femmes travaillent, ce qui représente seulement 6% du monde du travail ! A bon entendeur salut ! Et bonne fête à toutes !
avatar
choukry30
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1016
Age : 42
Localisation : alger
Emploi/loisirs : voyage aventures sport
Humeur : dont worry ,be happy???
Points : 11367
Date d'inscription : 16/11/2008

http://www.aliw.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum